Tout ce qui tourne autour du crédit immobilier truqué

Les escroqueries en matière de fraude immobilier abondent actuellement à tous les niveaux. On ne s’étonne plus de voir des entrepreneurs qui facturent des centaines d’euros fictifs pour des travaux qui ne sont pas réalisés. D’autres cybercriminels n’hésitent pas à poster une propriété qui n’est même pas censée être vendue. Face à ces menaces, l’association des agences immobilières de France ont averti les membres d’être vigilants face aux au crédit immobilier truqué et les différents types de fraudes qui sont liés. L’assurance titre est la meilleure protection contre le crédit immobilier truqué. En plus de protéger contre diverses formes de fraude, cette assurance protège également le futur propriétaire contre les magouilles administratives.

Les titres frauduleux constituent l’une des fraudes les plus dévastatrices pour le crédit immobilier truqué. Ce type de fraude commence par le vol d’identité. L’escroc utilise de faux documents pour se faire passer pour le propriétaire. Il enregistre par la suite des faux documents attestant la propriété à son nom. Cette attestation lui servira enfin de motif pour l’obtention du crédit. Après avoir obtenu un prêt hypothécaire ou un crédit, l’usurpateur peut soutirer d’importante somme d’argent. Que le propriétaire endossera la mensualité correspondante en toute ignorance. Un voleur d’identité utilise tous les moyens nécessaires pour décrocher un crédit immobilier truqué. Les agences de crédit de leur côté entament les vérifications administratives nécessaires pour limiter les actes d’usurpation. La vente frauduleuse d’une propriété peut également avoir lieu. Mais peu d’escrocs se lancent sur cet acte frauduleux, car les acheteurs potentiels ont peu de chance d’être arnaqués.

Crédit immobilier truqué : location et vente de propriété en ligne

Dans ces cas d’escroquerie, les biens locatifs sont généralement annoncés à des tarifs très alléchants. Les annonceurs utilisent des informations et des photos décrivant la propriété qui a été « extraite » des annonces légitimes. En clair, l’escroc se fait passer pour le propriétaire. Le gestionnaire ou l’agent immobilier répond normalement aux propositions envoyées par le demandeur. L’escroc diffuse la propriétaire fictive sur n’importe quel site. Et propose l’aide d’un courtier pour vendre ou louer son bien. Contrairement aux titres, cette forme d’arnaque incite les internautes à visiter la propriété. En moyenne une visite de propriété coute entre 10 à 35 euros. D’habitude, le paiement se passe sur le site immobilier. Les victimes se rendront compte de l’arnaque quand ils se rendront dans une propriété occupée ou pas mise en vente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *