Organisation des funérailles d’un proche

Douloureux, le décès d’un parent est vécu comme un véritable calvaire pour toute la famille. L’épreuve accable tout le monde, mais il faudra lever la tête. Il est important de rester assez forts pour organiser des funérailles décentes pour cet être cher. Voici quelques conseillers qui pourront être utiles.

Ce qu’il faut faire juste après le décès

Si le parent s’éteint à l’hôpital ou dans un EPHAD, le médecin doit procurer une déclaration de décès. Ce document permet de transporter la dépouille mortelle vers le domicile ou le funérarium. Le transfert doit obligatoirement être fait par une entreprise de pompes funèbres qui dispose d’un corbillard. La demande d’autorisation de crémation ou d’enterrement est à faire dans les 48 heures qui suivent la mort de cette personne. La mairie délivre ce document avec l’acte de décès.

Puisque les dépenses vont s’enchaîner, il est indispensable de se renseigner si le défunt a souscrit à une assurance obsèques. Dans l’affirmative, la compagnie se charge intégralement des funérailles. Elle peut débloquer un fonds ou organiser l’enterrement. Dans le cas échéant, l’argent dans le compte bancaire du parent éteint peut servir jusqu’à hauteur de 5 000 euros. Quoi qu’il en soit, les ayants droit doivent se présenter avec les pièces justificatives.

Choisir une entreprise de pompes funèbres

Le choix d’une société funèbre devrait être réfléchi et décidé en famille. Sauf pour la souscription à une prévoyance obsèques, elle dispose d’une grande liberté d’agir. Puisque le décès peut affecter le jugement, il est recommandé de demander conseil à un ami ou proche qui garde encore son sang-froid. Il faut de la clairvoyance pour choisir en toute logique. Le prestataire devrait par exemple se trouver à proximité. Il doit normalement proposer des services correspondant aux volontés de la personne décédée.

Une collecte d’informations suivie d’une comparaison permet de prendre la meilleure décision. Il faudra voir l’éventualité d’accueillir la dépouille mortelle dans un salon funéraire. Des soins tels que la thanatopraxie sont incontournables. Les opérateurs les plus sérieux proposent l’organisation de la réception et la messe d’adieu. De manière générale, il faut prévoir un minimum de 4 000 euros. C’est une raison de plus de choisir une entreprise de pompes funèbres reconnue.

Accomplir des formalités sans tarder

L’enterrement ou la crémation devrait obligatoirement se faire au plus tard 6 jours après le décès clinique. Les formalités sont ainsi à faire selon un planning strict, sans pour autant se précipiter. Certains documents ont un délai qu’il faut respecter. Dans l’ordre, les proches doivent voir la mairie, l’assurance, la banque et le notaire. Il arrive parfois que les dernières volontés de la prochaine soient conservées dans un cabinet.

Les détails concernant la succession devront également être réglés juste après l’enterrement. Une déclaration est à faire au niveau de la fiscalité et la sécurité sociale. Enfin, il est important de choisir une entreprise de pompes funèbres professionnelle dans ses démarches. Ce prestataire accompagne la famille dans les formalités administratives. La société fournit aussi des conseils et une assistance personnalisée. Elle peut également prendre en charge l’organisation de tout le triste événement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *